Quelles spécificités résultent des équipements de contrôle ITEQ (SDSys) Version imprimable Suggérer par mail
« Est-ce que l’équipement répond aux normes internationales en vigueur ? »
Oui. L’équipement commercialisé par ITEQ répond aux contraintes techniques et de précision spécifiées dans la norme EN 13 790 parties 1 et 2. L’ensemble du protocole européen peut être exécuté avec les équipements ITEQ et la précision de nos appareils de mesure est supérieure aux exigences.

« Pourquoi proposer une précision si élevée avec le banc de mesure de débit de buse - version électronique ? »
L’erreur commise par la version électronique des bancs ITEQ est inférieure à 0,5 % de la valeur mesurée. La norme préconise de remplacer les buses présentant un écart de débit > 10 % par rapport au débit nominal. Il est donc essentiel de limiter l’erreur commise sur la mesure de débit. Par ailleurs, une précision élevée garantit également une répétitivité importantes des mesures ce qui est indispensable en cas de contestation avec demande de recommencer les mesures.

« Comment amortir un tel investissement qui peut parfois dépasser 25 000 € ? »
Il faut distinguer l’investissement initial (à un moment précis dans l’année) et la charge d’amortissement (répartie sur plusieurs années). En considérant également les autres charges liées à la réalisation du contrôle pulvérisateur (personnel, frais de fonctionnement, …), la part liée à l’investissement ITEQ occupe seulement entre 5 et 10 % des dépenses annuelles. Pour obtenir un budget en équilibre, il est indispensable de réaliser au minimum entre 250 et 300 contrôles annuellement.

« Est-ce nécessaire de disposer de matériel haut de gamme tels que proposé par ITEQ pour faire des mesures sur le terrain où on ne demande pas nécessairement une telle précision ? »
Oui. Réaliser du contrôle/diagnostic de pulvérisateur de façon systématique (et à terme avec un aspect législatif) est tout à fait différent que de faire de la démonstration où il y a peu de conséquence pour l’utilisateur et l’opérateur de l’avis rendu à l’issue du test. Dans le cas présent, le résultat du test est important et les avis de réparation indiqués sur le rapport doivent être précis, justes, sans interprétation et doivent permettrent à l’utilisateur de réparer son pulvérisateur efficacement. Seul un matériel de contrôle de qualité peut atteindre cet objectif et donner de la crédibilité à la démarche vis-à-vis de l’agriculteur et du monde extérieur.

« Pourquoi démonter les buses du pulvérisateur pour mesurer leur débit ? »
L’objectif d’un contrôle technique est de fournir un avis circonstancié à l’utilisateur sur les réparations à effectuer à l’issue du test. Le matériel ITEQ permet de réaliser un véritable diagnostic du pulvérisateur. La mesure du débit directement sur la rampe n’est pas acceptable pour diverses raisons sécuritaires et techniques.
Sécurité de l’opérateur : il se trouve entre 15 et 40 min par machine dans les embruns de pulvérisation pour effectuer les mesures ; plus de 750 litres d’eau par machine sont pulvérisés sur le site de contrôle ; la boue excessive sur le site de contrôle augmente le risque d’accident, …
Raisons techniques : la mesure de la pression sur la rampe est imprécise et non systématique alors que le débit nominal (référence) est fourni pour une pression exacte ; les débitmètres utilisés sont peu précis et le flux de liquide en décharge associé à la présence de bulles d’air rendent la mesure instable ; le résultat de la mesure du débit de buse sur la rampe dépend de l’usure de la buse, des pertes de charge dans les conduites, du bouchage de filtres (de sections et de buses), …
La mesure directement sur la rampe est peu sécurisante, ne constitue pas une mesure valable et l’erreur commise est importante.

« Est-ce que l’équipement ITEQ est prévu pour aller sur le terrain, dans des installations mobiles ? »

Oui. L’ensemble de l’équipement a été spécifiquement développé pour être placé dans un véhicule itinérant (camionnette, remorque). L’expérience du contrôle obligatoire en Belgique utilisant exactement le même matériel installé dans des camionnettes confirme ce fait depuis 1995. Chaque unité belge a déjà contrôlé plus de 15 000 pulvérisateurs.

« Quelle est l’importance de la maintenance à effectuer sur vos équipements ? »

La maintenance est limitée de par le choix de composants constitutifs de haute qualité. La maintenance consiste essentiellement à un remplacement périodique (2 à 4 fois/an) de l’eau du circuit fermé du banc de débit de buse. Un peu de graissage est à réaliser à quelques endroits spécifiques. L’opération périodique importante à conduire est l’étalonnage des équipements de mesure (banc de débit et manomètres de contrôle) afin de vérifier la précision des capteurs. Le logiciel informatique intègre cette démarche au travers d’un module spécifique.

« Combien de pulvérisateurs peut-on contrôler en une journée ? »
Cela dépend du type de pulvérisateurs à vérifier. Un appareil porté de 12 m prend évidemment moins de temps qu’un traîné de 27 m avec régulation électronique ! En moyenne, le rendement est compris 8 et 14 pulvérisateurs/jour.

Contactez- nous pour un conseil professionnel et personnalisé